STAGE D’IMPROVISATION

PAR VIVIANA MOIN


Improviser est avant tout élargir notre capacité de perception. Recevoir, traduire, laisser à l’évidence ce que nous percevons, ce dont nous sommes traversés à chaque instant.
La perception de notre propre corps, de ses possibilités et de l’espace dans lequel il s’inscrit. Notre place dans le monde, dans l’univers, notre relation avec les autres, avec les choses, avec l’invisible.
Mais improviser c’est surtout (pour moi) accepter de se lancer dans un voyage sans connaître la destination finale. C’est accepter de perdre le contrôle d’une partie de l’œuvre qu’on produit ou je dirai plutôt de composer avec un nombre d’éléments qu’on a pas choisi et pourtant, choisir tout le temps où se situer face aux événements qui arrivent.
Nous aborderons l’improvisation à travers une série de jeux qui engagent simultanément la parole et le mouvement. Danser en introduisant la parole improvisé est un exercice que j’ai découvert avec Simone Forti principalement. Cela m’a permis de développer parallèlement un travail écrit et oral dont mon travail artistique est très fortement imprégné.

Quelques fois il s’agit seulement de décider d’être là, d’initier le mouvement (ou l’immobilité !) puis accepter d’être modifié par les événements, accepter sa propre fragilité, sa propre nature, peut-être l’inconsistance de sa proposition. Car l’important est le voyage plus que la destination finale, le voyage avec les autres voyageurs. Le voyage pour le plaisir de partir ailleurs, là où on est étranger. Pour l’excitation avant le départ aussi.

Cet état d’enfance , d’imprudence et de légèreté est celui qui nous approche le plus de l’état de l’improvisateur.